Aller au contenu principal

Les 5 problèmes de trésorerie qui peuvent mettre en danger votre startup

Les 5 problèmes de trésorerie qui peuvent mettre en danger votre startup

Pour beaucoup de fondateurs de startups, le chiffre à atteindre, ce sont les bénéfices nets. En effet, beaucoup d’entrepreneurs pensent que le profit est le critère principal d’évaluation de la solidité d’une société. Mais si votre comptabilité, en affirmant que vous dégagez des bénéfices, explique la relation entre les recettes et les dépenses de votre entreprise, ce relevé financier ne fait pas allusion à la somme d’argent réellement à portée de main pour votre compagnie. Et parce que, « pour faire de l’argent, il faut d’abord en avoir », le montant des liquidités disponibles est un différenciateur clé entre les entreprises qui continuent d’opérer d’une année sur l’autre et celles qui ferment leurs portes après seulement un an ou deux d’exercice. Par conséquent, avant de lancer votre startup, soyez bien conscients de cinq problèmes qui peuvent affecter négativement votre trésorerie.


1. Les événements imprévus

Il est peu probable qu’au moment de l’élaboration de votre business plan, vous prévoyiez les éventuelles pannes sur vos machines ou autres urgences opérationnelles. De même, il n’est pas certain que vous anticipiez le besoin de repenser votre offre de produits ou votre marché cible. Mais si les clients, au sein de ce marché, redirigent leur pouvoir d’achat vers une catégorie de produits que vous ne proposez pas, vous vous retrouverez contraints de faire votre entrée sur un nouveau marché ou d’ajouter de nouveaux articles à votre ligne de produits. Il est également à noter que si vous identifiez un engorgement de votre ligne de production, que vous devrez gérer en remplaçant certains de vos équipements, vous devrez faire face à de grosses dépenses d’investissement. Pour éviter que ce genre de scénarios fasse des ravages dans votre trésorerie, pensez à inclure six mois d’avance, voire plus, de dépenses de fonctionnement lors de votre projection financière.


2. Les conditions de vente défavorables

Si votre startup doit encore faire ses preuves, les conditions de crédit que vous obtiendrez seront bien moins favorables que celles obtenues par un établissement ayant pignon sur rue. Par exemple, le gestionnaire d’un immeuble à destination commerciale vous accordera peut-être un bail, mais demandera une caution en supplément des traditionnels mois de loyer à verser d’avance. De la même manière, les opérateurs de télécommunications et fournisseurs divers (eau, électricité…) vous demanderont peut-être également de verser des arrhes. À la même période, il est possible que vos vendeurs et fournisseurs vous réclament de payer d’avance pendant plusieurs mois, jusqu’à ce que vous établissiez une relation de confiance. Ce ne sera que par la suite que les conditions proposées vous deviendront plus favorables.


3. Le réinvestissement excessif des profits au sein de votre entreprise

Il est typique pour un propriétaire de startup de réinvestir les profits réalisés lors des premiers stades du cycle de vie de sa société afin de la développer. Mais le réinvestissement des profits pour favoriser l’expansion de votre entreprise ne sera une bonne affaire que s’il ne diminue pas votre trésorerie disponible au point de vous empêcher de financer vos dépenses de fonctionnement quotidiennes. Pour éviter cette situation dramatique, budgétisez minutieusement vos dépenses et mettez de côté les liquidités nécessaires à leur paiement.


4. Un flux de revenus généré… au ralenti

Certains entrepreneurs se montrent excessivement optimistes lors de leurs prévisions financières, tout en sous-estimant les coûts d’une gestion d’entreprise. Cette mauvaise budgétisation devient très problématique lorsque vos dépenses commencent à largement dépasser vos recettes et que vous êtes dans l’incapacité de négocier un crédit afin de couvrir les dépenses de fonctionnement de votre société. Même si vos prévisions en termes de ventes sont exactes, les paiements peuvent parfois être différés de plusieurs mois, créant un problème de trésorerie à court terme. Vous pouvez prévenir un tel déficit budgétaire en établissant vos prévisions de ventes de manière prudente, en montant un budget réaliste incluant au moins six mois de dépenses de fonctionnement d’avance, et en veillant à toujours avoir des liquidités de côté.


5. Les clients qui ne paient pas en temps et en heure

D’après une étude menée par Fundbox, une plateforme de financement en ligne, environ 50% des factures à payer sous 30 jours émises par de petites entreprises sont réglées tardivement. Par conséquent, une pile de factures ne suffit pas à assurer la santé financière de votre entreprise. Même si votre chiffre d’affaires monte en flèche, lorsque la majorité de vos clients règle tardivement ses dettes, un sérieux problème de trésorerie peut malgré tout se présenter. Veillez à mettre en place une politique de crédit et de paiements qui augmente votre trésorerie disponible, en encourageant vos clients à régler leurs factures dans les temps. Par exemple, vous pouvez demander un règlement d’avance à certains clients, proposer des réductions à ceux qui vous paient rapidement, et contacter sans attendre les personnes qui présentent des impayés.


En vous basant sur un budget et une trésorerie disponible réalistes, et en gérant minutieusement la trésorerie en question, vous aurez bien plus de chances de parvenir à négocier correctement les problèmes financiers qui pourraient se présenter au sein de votre entreprise lors de ses premières années de fonctionnement, permettant à celle-ci de devenir par la suite rentable sur le long terme.